Portail Internet des Crêtes Préardennaises

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Toutes les actualités des crêtes Préardennaises

PROJET DE TERRITOIRE - B. Pouplier témoigne

Deuxième atelier et toujours autant d'idées qui émergent ! Jeudi 26 février, une quinzaine de personnes se sont retrouvées pour évoquer les questions d'aménagement du territoire (mobilité, urbanisme, infrastructures).
 
A l'issue de ces 2 heures d'échanges, Benoit Pouplier, habitant de Wasigny nous a livré ses impressions.
 
Malgré 2 gares, une autoroute et un réseau de bus, certaines communes souffrent parfois d’isolement. Comment l’expliquez-vous ?
Benoit Pouplier : Les deux gares sont situées au centre du territoire et ne permettent que de le traverser or les Crêtes sont fort étendues. Il est plus pratique pour certains de se rendre directement sur les villes : c'est parce qu'ils sont à plus de 20 km d'une gare. Le bus passe une à deux fois par semaine dans beaucoup de villages et très tôt. Pour certaines personnes, et malheureusement celles qui en ont le plus besoin, une telle journée est fatigante, voire impossible si elles sont chargées. Donc l'isolement est inévitable tant que les besoins sont à l'échelle du département voire de la région. Ces villages n'ont plus de commerces ou peu, pas forcément de lieux de rencontre ou d'animations et n'arrivent plus à garder leurs jeunes. Ils deviennent des villages dortoirs, habités par des couples travaillant sur l'extérieur qui profitent des infrastructures locales, mais ne sont pas ou peu intégrés au village. C'est à mon sens le problème de la ruralité.
 
Vous venez de participer aux ateliers du projet de territoire 2015. Qu’attendez-vous de ces ateliers ?
Il est bien évident qu'avec une telle densité de population, nous ne pouvons pas avoir le réseau de bus d'une grande ville. Je pense que dynamiser les villages est important. Plein de possibilités s'offrent à nous, le territoire est vaste et diversifié. Des efforts sont déjà faits et donnent des résultats (services, commerces, administratif...). Mais avant tout, il faut de l'information et des échanges : faire sortir les gens de chez eux pour qu’ils participent à la vie des communes et du territoire. En quelque sorte, une mobilité intellectuelle. Dès lors, des solutions à la mobilité physique en résulteront.
 
Aucunes limites, aucunes contraintes : comment voyez le territoire dans 15-20 ans ?
L'utopie serait d'avoir un réseau de téléportation à la Star Trek, ou plus simple des tramways passant dans tous les villages. Bien sûr, tout cela à prix raisonnable. Sortir de chez soi et avoir tous les services possibles à proximité. Avoir des locations de véhicules électriques, des vélos sur des pistes cyclables sécurisées.