Trame Verte et Bleue

Au prin­­­­­­­­­­­­temps 2018, la commune de Poix-Terron a connu, comme l’en­­­­­­­­­­­­semble du dépar­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­ment, des orages violents entrai­­­­­­­­­­­­nant des coulées de boue et une aggra­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­tion de l’éro­­­­­­­­­­­­sion des sols. Face à cette situa­­­­­­­­­­­­tion les élus ont souhaité réagir en appor­­­­­­­­­­­­tant des solu­­­­­­­­­­­­tions concrètes avec le programme « Restau­­­­­­­­­­­­ra­­­­­­­­­­­­tion de la Trame Verte et Bleue ». 

Jean-Marie Oudart
Vice-Président

Haie jeune avec hibernaculum ©ReNArd
Haie jeune avec hibernaculum ©ReNArd

Une conven­­­­­­­­­­­­tion a alors été signée entre la Commu­­­­­­­­­­­­nauté de Communes, la commune de Poix-Terron et l’as­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­cia­­­­­­­­­­­­tion ReNArd. Ensemble, ils vont pouvoir agir en faveur de la biodi­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­sité et contre l’éro­­­­­­­­­­­­sion des sols.

Financé par la région Grand-Est et les Agences de l’Eau, le programme a pour objec­­­­­­­­­­­­tif de démul­­­­­­­­­­­­ti­­­­­­­­­­­­plier les initia­­­­­­­­­­­­tives pour la biodi­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­sité sur le terri­­­­­­­­­­­­toire. Les aména­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­ments qui en décou­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­ront (plan­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­tion de haies, d’agro­­­­­­­­­­­­fo­­­­­­­­­­­­res­­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­­­rie, de fascines vivantes, etc.) joue­­­­­­­­­­­­ront un rôle de corri­­­­­­­­­­­­dor écolo­­­­­­­­­­­­gique afin de contri­­­­­­­­­­­­buer au main­­­­­­­­­­­­tien voire au déve­­­­­­­­­­­­lop­­­­­­­­­­­­pe­­­­­­­­­­­­ment de la biodi­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­sité. En l’ab­­­­­­­­­­­­sence d’amé­­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­­ge­­­­­­­­­­­­ments natu­­­­­­­­­­­­rels comme une haie, le ruis­­­­­­­­­­­­sel­­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­­ment peut conduire à une perte de terre jusqu’à 300 kg/ha/an dans un champ de maïs par exemple mais égale­­­­­­­­­­­­ment à des coulées de boue aux consé­quences parfois désas­­­­­­­­­­­­treuses.


La Trame Verte et Bleue, un réseau écolo­­­­­­­­­­­­gique pour la préser­­­­­­­­­­­­va­­­­­­­­­­­­tion de la biodi­­­­­­­­­­­­ver­­­­­­­­­­­­sité.

Ce programme se veut être co-construit avec les agri­­­­­­­­­­­­cul­­­­­­­­­­­­teurs. C’est pourquoi, un proces­­­­­­­­­­­­sus de concer­­­­­­­­­­­­ta­­­­­­­­­­­­tion a été entamé avec ces derniers. Diffé­­­­­­­­­­­­rents inven­­­­­­­­­­­­taires faunis­­­­­­­­­­­­tiques ont été égale­­­­­­­­­­­­ment enga­­­­­­­­­­­­gés afin d’éta­­­­­­­­­­­­blir un état initial des popu­­­­­­­­­­­­la­­­­­­­­­­­­tions. L’UDASA (Union Dépar­­te­­men­­tale des Asso­­cia­­tions Syndi­­cales Auto­­ri­­sées) , regrou­­pe­­ment des asso­­cia­­tions  et proprié­­taires qui gèrent les cours d’eau, inter­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­vient aussi dans ce programme dans la réali­­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­­tion du diagnos­­­­­­­­­­­­tic érosion.